Les modes de consommation et de production durables permettent une utilisation efficace des ressources et peuvent réduire les effets des activités économiques sur l’environnement. Dans ce but, cet objectif vise à dissocier la croissance économique de l’exploitation des ressources, et faire en sorte que les substances chimiques et les déchets dangereux soient gérés de façon à minimiser leur impact sur la population et l’environnement.

En RDC, l’empreinte matérielle, qui indique la quantité de matières premières nécessaire pour répondre à la demande finale d’un pays, est en constante hausse depuis 2010. Il est passé de 112,7 millions de tonnes à 138,9 millions de tonnes en 2016. Ce qui représente une augmentation de 26,2 millions tonnes de matières en 6 ans, soit une hausse annuelle moyenne de plus 4 millions de tonnes. Cette augmentation est due notamment à une forte demande de nos principales matières premières dans le marché international.